semaine 145

Rivemont est le gestionnaire de portefeuille responsable des décisions d’investissement pour le Fonds Rivemont crypto.

Le minage de cryptomonnaies est désormais officiellement légal au Venezuela. Une telle politique ne vient toutefois pas sans une panoplie de régulations pour ce pays s’étant tristement démarqué par ses catastrophiques politiques monétaires ces dernières années. En effet, ce sont les autorités gouvernementales qui contrôleront tous les aspects des opérations, y compris, évidemment, la distribution des profits.

La fabrication d’ASIC, la construction de fermes minières, l’importation d’équipements et la distribution de fonds seront toutes régies par la nouvelle loi. Tous les mineurs devront participer à un pool national. Le Venezuela est un endroit de choix des mineurs en conséquence du bas prix de l’électricité. Si la légalisation de l’activité n’est pas mal accueillie en soit, la centralisation à l’extrême des activités est quant à elle décriée. Cette approche va à l’encontre même de la nature du bitcoin. Tel que l’explique ce texte, «une exploitation minière contrôlée par l’État est vulnérable au fait que l’opérateur du pool (vraisemblablement l’État) perçoive des taxes des mineurs, gèle leurs fonds et retarde le paiement – les libertés mêmes que Bitcoin est censé offrir.».

Rien n’émerge des médias d’État chinois sans raison gouvernementale. Il fut du coup surprenant de constater que le CCTV, la chaîne nationale principale, a diffusé un segment de trois minutes vendredi dernier montrant que les actifs crypto ont été les plus performants cette année, affichant une croissance de 70%.  Plusieurs se demandent quelle est l’idée ayant motivé à véhiculer ce message, l’actualité ayant toujours une tangente politique en Chine. Quoi qu’il en soit, ce fut sans contredit perçu par la communauté comme un signal haussier puisque le ton inhabituel est apparemment en contradiction avec la position de la Chine selon laquelle la spéculation crypto pourrait miner la stabilité financière nationale.

Selon l’ébauche du rapport fiscal américain 2020 tout juste publié, l’IRS utilisera une manière simple et directe d’éviter que ses citoyens omettent de déclarer leurs transactions crypto. À partir de l’année prochaine, tout en haut du rapport, tout juste sous le nom et l’adresse, la première question sera : «À tout moment en 2020, avez-vous vendu, reçu, envoyé, échangé ou acquis de quelconque manière un intérêt financier dans une monnaie virtuelle? »

S’il va sans dire que cette question aidera le fisc américain à gagner tout litige d’évasion fiscale relative aux cryptomonnaies, il est à notre avis surtout intéressant de constater comment l’actif naissant est devenu inscrit dans nos mœurs plutôt que d’être en marge comme c’était le cas il y a encore quelques années.

Au risque de sembler nous répéter, la corrélation entre le bitcoin et l’or fut l’élément technique le plus intéressant de la semaine. L’or a connu une semaine particulièrement difficile, perdant environ 5% de sa valeur. Alors que le bitcoin y est souvent corrélé, mais avec une volatilité plus forte, nous craignions que cela entraine un nouveau test du seuil des 10 000 $ et brise potentiellement le portrait haussier.

Si le bitcoin ne fait pas encore cavalier seul, ce dernier a affiché une divergence haussière d’une importance clé vis-à-vis l’or. Nous avons en effet trouvé des acheteurs à un niveau supérieur à celui de la semaine dernière alors que l’or a quant à lui brisé son support vers le bas. Le bitcoin a aussi fortement rebondi hier alors que l’or peine à faire de même. À court terme, la moyenne mobile sur 30 jours sert de résistance pour l’actif crypto. Il faudra la franchir au nord de 10 775 $. Passer au nord de 11 200 $ sortirait la zone des 10 000 $ du jeu à court terme et renforcerait l’idée que ce support est désormais un plancher pour l’actif.

À cet effet, selon le statisticien Willy Woo, le bitcoin pourrait bientôt se “découpler” des actifs traditionnels, alors qu’une relation clé avec l’or sort d’une tendance baissière à long terme. Dans un tweet envoyé hier, il écrit :

« Le bitcoin se découplera bientôt des marchés traditionnels, mais il sera poussé par sa courbe d’adoption interne en S (pensez à la croissance du style start-up) plutôt que par les changements de perception des investisseurs traditionnels en tant qu’instrument de couverture.

Les principes fondamentaux de l’adoption par les utilisateurs ont déjà atteint des sommets historiques. »

Bref, ce dernier argumente qu’alors que les taux de hachage et de difficulté sont à des niveaux record, le bitcoin agira comme une start-up à succès ayant une corrélation décroissante avec les facteurs macroéconomiques en jeu. Si l’échantillon de la semaine est certes faible, il abonde néanmoins en ce sens.

Les Investissements Rivemont, gestionnaire du Fonds Rivemont crypto.             

Les renseignements présentés le sont en date du 25 septembre 2020, à moins qu’une autre date ne soit mentionnée, et à titre d’information seulement. Ils proviennent de sources que nous jugeons fiables, mais non garanties. Il ne s’agit pas de conseils financiers, juridiques ou fiscaux. Les investissements Rivemont ne sont pas responsables des erreurs ou omissions relativement aux renseignements, ni des pertes ou dommages subis.

EN LIRE DAVANTAGE

RECEVEZ LE BULLETIN PAR COURRIEL CHAQUE SEMAINE

S'abonner maintenant

Et soyez les premiers à lire le résumé hebdomadaire du gestionnaire du fonds Rivemont Crypto relativement aux développements et opportunités de l'industrie canadienne des cryptomonnaies!