semaine 163

Rivemont est le gestionnaire de portefeuille responsable des décisions d’investissement pour le Fonds Rivemont crypto.

Le plus large gestionnaire d’actifs du monde s’ouvre à l’industrie des cryptomonnaies. En effet, le géant BlackRock a indiqué via des documents déposés à la SEC vouloir inclure des contrats à terme du bitcoin dans deux de ses fonds. Le mois dernier encore, Rick Rieder, le directeur de l’information de BlackRock pour les produits à revenus fixes, déclarait à CNBC que le bitcoin pourrait remplacer l’or comme monnaie refuge.

«Est-ce que je pense que c’est un mécanisme durable qui pourrait remplacer l’or dans une large mesure ?» a alors déclaré Rieder. «Oui, je le pense, parce que c’est bien plus fonctionnel que de faire passer une barre d’or.»

Une règle s’attaquant aux portefeuilles de cryptomonnaies n’ayant pas fait l’objet d’un KYC (Know Your Customer, ou connaissance du client) déposé par Steve Mnuchin de l’administration Trump vient tout juste d’être bloquée par l’administration Biden. Cette dernière visait à tenter d’empêcher les citoyens d’avoir des portefeuilles privés anonymes comme ceux sur une clé Ledger par exemple.

Il ne passe pas une semaine sans qu’un nouveau joueur institutionnel entre dans le marché. Cette fois, ce sont les fonds de dotation de plusieurs milliards de dollars d’Harvard et de Yale qui auraient commencé à ajouter des cryptoactifs à leurs portefeuilles. Un rapport de Coinbase affirme qu’ils sont loin d’être les seuls à le faire présentement.

«Alors que l’environnement macroéconomique inhabituel de 2020 a accéléré l’adoption de la cryptomonnaie, il est important de noter que de nombreux clients qui y ont investi cette année – en particulier les dotations, les corporations et autres investisseurs à long terme – ne pensent pas que la dynamique actuelle du marché soit nécessaire pour le succès de Bitcoin», peut-on lire dans ce même rapport. «Ils ont l’intention de conserver leurs bitcoins dans leur portefeuille principal à long terme, dans des conditions de marché variables».

Impossible de parler d’investissement institutionnel sans mentionner MicroStrategy, un pionnier de la tendance. L’entreprise a mentionné avoir procédé à un nouvel achat de 10M$ de bitcoins à un prix approximatif de 31 808 $ pièce vendredi dernier. Son PDG Michael Saylor est d’ailleurs devenu un apôtre vocal du bitcoin. Si vous n’êtes pas froissé par son langage parfois cru, il résume ici très bien en une minute à peine la proposition de valeur de la cryptomonnaie mère. Si vous désirez approfondir, l’entrevue complète est disponible ici. Ce podcast de l’émission Odd Lots par BloombergMarkets avec l’homme est aussi particulièrement pertinent.

Chose certaine, la tendance institutionnelle est de plus en plus claire. Le chercheur technologique Kevin Rooke a documenté cette dernière ces dernières années. Selon ses données, les entreprises publiques détiennent maintenant plus de 3,6 milliards de dollars de BTC. «En 2019, les entreprises publiques n’avaient que 20 000 BTC dans leurs livres. Ce chiffre est passé à 105 837 BTC en 12 mois» a déclaré M. Rooke.

L’histoire de la semaine sur les marchés boursiers est sans contredit le Short Squeeze sur l’action de GameStop. Chose rare, ce sont les investisseurs de détail, rassemblés sur un important forum de Reddit notamment, qui s’opposent à des joueurs institutionnels aux positions courtes. Le succès de ces « petits » joueurs a permis à l’action de passer de 20$ à 354$ à l’ouverture ce matin en dix jours à peine. Qu’est-ce que cela a à voir avec les cryptomonnaies? Peu à priori, mais le gestionnaire de portefeuille Anthony Scaramucci y voit néanmoins un indicateur positif pour le bitcoin. «L’activité sur GameStop est une nouvelle preuve de concept que bitcoin va fonctionner», a-t-il déclaré à Bloomberg. L’impact des petits groupes de commerce de détail montre le pouvoir de la finance décentralisée, le concept même qui sous-tend bitcoin. «Comment allez-vous battre cette foule décentralisée d’investisseurs? Pour moi, c’est une affirmation de plus sur la finance décentralisée».

Si le bitcoin a poursuivi sa correction suite à son sommet récent de 42 000 $ cette semaine, on constate donc que ce n’est pas la résultante de mauvaises nouvelles sur les marchés. On semble plutôt assister à un recul assez naturel suite à une hausse parabolique. Le fait que les altcoins tiennent ou améliorent leur ratio face au bitcoin est aussi un indicateur positif, montrant que les liquidités font partie d’échanges latéraux sur les marchés plutôt que d’une liquidation de vente vers le dollar américain.

Parlant d’altcoins, la hausse du ratio du prix face au bitcoin du jeton s’est poursuivie cette semaine, passant au-dessus de 0.04. Cela aura permis à ce dernier de rebattre ses sommets en dollars américains. Le fonds a profité de cette hausse, plus du tiers de ses liquidités y étant exposé.

De nouveaux efforts cherchant à lancer un FNB de bitcoins aux États-Unis se poursuivent. Si on se fie à l’opinion de la PDG de la firme d’investissement Ark Management Cathie Wood, il faudra que la capitalisation de l’actif dépasse deux billions de dollars pour que la SEC envisage l’accepter.  «L’afflux de la demande doit être satisfait de sorte qu’il faudra obtenir bien plus d’un billion de dollars – 2 billions, je pense, avant que la [U.S. Securities and Exchange Commission] ne se sente à l’aise» a-t-elle commenté. Une telle capitalisation avec l’offre actuelle du bitcoin porterait son prix à environ 110 000 $.

Concluons en mentionnant que le discours de Jerome Powell de la FED sera à surveiller aujourd’hui. Si personne ne s’attend à une hausse de taux d’intérêt, il sera intéressant de voir si le plan de sauvetage avec injections massives de liquidités se poursuivra avec la même ardeur, ou si des indices d’une implication graduellement moindre seront lancés. Le bitcoin a toujours positivement réagi aux injections de liquidités qui laissent présager une baisse de valeur du dollar. Le discours d’aujourd’hui pourrait donc avoir une incidence sur les marchés.

Les Investissements Rivemont, gestionnaire du Fonds Rivemont crypto.         

Les renseignements présentés le sont en date du 27 janvier 2020, à moins qu’une autre date ne soit mentionnée, et à titre d’information seulement. Ils proviennent de sources que nous jugeons fiables, mais non garanties. Il ne s’agit pas de conseils financiers, juridiques ou fiscaux. Les investissements Rivemont ne sont pas responsables des erreurs ou omissions relativement aux renseignements, ni des pertes ou dommages subis.

EN LIRE DAVANTAGE

RECEVEZ LE BULLETIN PAR COURRIEL CHAQUE SEMAINE

S'abonner maintenant

Et soyez les premiers à lire le résumé hebdomadaire du gestionnaire du fonds Rivemont Crypto relativement aux développements et opportunités de l'industrie canadienne des cryptomonnaies!